Blog myPOS Conseils

Créer une entreprise de taxi ou de VTC – le guide complet

Vous n’êtes pas du genre à travailler de neuf à cinq, mais vous aimez conduire. Vous envisagez peut-être de vous lancer dans l’activité de taxi – elle peut être gratifiante à bien des égards. De même, vous pouvez faire partie d’une équipe, tout en travaillant pour vous-même. En France, cette industrie offre une variété de structures, de sorte que vous pouvez trouver l’option qui vous convient le mieux. Dans ce guide, nous vous aiderons à apprendre l’essentiel de ce que vous devez savoir pour vous lancer.

  1. Taxi ou VTC – les différences
  2. Démarrer une entreprise de taxi
  3. Devenir chauffeur de taxi
  4. Formation des chauffeurs de taxi
  5. Obtention de la licence de taxi
  6. Étapes pour l’obtention d’un statut de VTC
  7. Obtention de la carte VTC
  8. Traiter avec le registre des VTC
  9. Tarifs des taxis
  10. Tarifs VTC
  11. Assurance – Taxi ou VTC
  12. Être payé
  13. Attirer davantage de clients
  14. Conclusion

Taxi ou VTC – les différences

Comme indiqué ci-dessus, il existe différentes structures commerciales dans le secteur des taxis français.

La principale différence est que les chauffeurs de taxi peuvent prendre des passagers dans la rue, alors que les chauffeurs de VTC ne le peuvent pas. Le terme VTC ou Véhicule de Tourisme avec Chauffeur désigne “un opérateur qui met à la disposition de ses clients un ou plusieurs véhicules, ainsi qu’un chauffeur, dont les conditions sont convenues entre les parties avant la prestation” (article L 3122-1 du Code des transports). En d’autres termes, les VTC fonctionnent avec une réservation préalable, prenant les passagers à leur emplacement et les déposent à la destination souhaitée – toutes deux spécifiées à l’avance. Ainsi, le client du taxi ne connaît le montant qu’il doit payer qu’à la fin de sa course, alors qu’avec un VTC, ce montant est connu avant le début de la course.

Une autre différence – plutôt visible – est qu’un taxi est obligé d’avoir un signe distinctif et lumineux sur le toit du véhicule, alors qu’un VTC n’en a pas. Ainsi, un VTC est plus difficile à reconnaître, tout en permettant une certaine discrétion.

Un taxi peut utiliser les voies réservées aux taxis et aux bus, les VTC ne peuvent se déplacer qu’avec le reste de la circulation.

Les VTC offrent souvent des extras à bord comme des bouteilles d’eau, une connexion Wi-Fi, des magazines récents. Il est inhabituel de s’attendre à ce genre de choses dans un taxi.

On comptait au total environ 26 000 chauffeurs de taxi et de VTC, dont 19 000 en Île-de-France en 2019. Bien que le secteur ait subi un déclin en raison de la pandémie de COVID-19, ces services de transport sont très recherchés dans toute la France au quotidien.

Démarrer une entreprise de taxi

Comme pour toute entreprise commerciale, le démarrage nécessite une préparation. Nous vous présentons ici quelques-unes des étapes indispensables que vous devez franchir – tant pour les taxis agréés que pour les VTC.

Étude de marché

L’étude de marché vous aide à identifier votre niche. La niche est l’ensemble ciblé de personnes ou d’entreprises qui achèteraient votre service. Demandez-vous qui sont vos clients cibles. Si votre réponse est “tout le monde”, vous ne ciblez en fait personne. Identifier un avatar spécifique – votre passager idéal – vous permet de mieux définir vos services de taxi et de décider comment les présenter efficacement. Il existe de nombreuses niches dans le secteur des taxis. Par exemple, les clients des restaurants et des boîtes de nuit qui sortent tard le vendredi et le samedi. Il y a les enfants que l’on doit emmener à l’école et en revenir. Il y a des clubs et des sociétés qui ont besoin de transport. Prenez également en compte l’endroit où vous travaillerez. Peut-être pouvez-vous avoir plus de succès et gagner beaucoup mieux dans les zones mal desservies plutôt que dans les quartiers populaires, déjà surchargés par vos concurrents.

Plan d’affaires

Le plan d’affaires est un document essentiel que vous devrez compiler lorsque vous chercherez des moyens de financer une nouvelle entreprise. Il commence par un résumé et présente des informations détaillées sur votre entreprise. Il s’agit notamment de vos stratégies de marketing et de publicité, du personnel que vous envisagez d’embaucher, de vos projections financières et de vos stratégies de croissance – à court et à long terme. Et bien plus encore. Chacun de vos investisseurs potentiels – banques, établissements de crédit privés ou autres types de sources de financement – examinera minutieusement vos plans, afin de décider si votre entreprise est viable. Mais même dans le cas où vous investirez vos économies, il est dans votre intérêt de bien connaître votre secteur et d’être parfaitement préparé. Le plan d’affaires est un instrument inestimable pour vous y aider.

Mise en place, aspects juridiques et structure

Considérez si vous travaillerez en tant que profession libérale ou avec un associé, si vous travaillerez avec du personnel que vous engagerez ou si vous confierez entièrement vos activités commerciales à des employés. Chacun de ces cas de figure est différent, et le recours aux services de consultants juridiques et comptables est ce que vous pouvez faire de mieux. Ces experts peuvent vous conseiller sur les obligations légales, les responsabilités personnelles, les obligations fiscales – en somme, les formalités qui accompagnent chaque type d’entreprise. Ainsi, vous pourrez choisir en toute connaissance de cause la manière de procéder.

Marque

Si vous avez choisi d’organiser, de gérer et de mener vos activités seul – ce que l’on appelle aussi un solopreneur – vous n’avez pas à vous préoccuper beaucoup de la dénomination et de la conception de l’entreprise. En revanche, si vous envisagez de vous développer et de proposer des services avec au moins plusieurs véhicules, l’image de marque deviendra cruciale. La marque est l’identité de votre entreprise et se rapporte à son image et à sa réputation. Elle prend du temps à se construire, il faut donc à la fois être patient et travailler sans relâche pour la bonne réputation de votre entreprise. En pensant à votre marque, il y a beaucoup de choses à prendre en compte. La création d’un site web pour votre entreprise est de plus en plus indispensable de nos jours. Il doit être optimisé pour les moteurs de recherche, afin que votre public cible puisse le découvrir facilement. La présence de votre entreprise sur les médias sociaux, la réponse aux avis des clients et le traitement rapide des avis négatifs ou des plaintes sont tout aussi importants. Ces éléments, et bien d’autres encore, vous permettront de renforcer votre marque.

Financement

Nous l’avons déjà mentionné – à moins que vous ne disposiez de bonnes économies, un financement externe sera essentiel pour votre startup. Votre engagement ferme sera nécessaire pour garantir que vous serez en mesure de rembourser. La personne à qui vous vous adressez pour obtenir un financement cherchera à obtenir des projections et des prévisions de revenus sur une période donnée – ou à savoir quand vous serez en mesure d’atteindre le seuil de rentabilité et de commencer à faire des bénéfices. Le financement comporte de nombreux aspects :

  • Frais de création d’entreprise
  • Frais liés à l’obtention des licences nécessaires
  • Dépenses de logiciels (applications, logiciels pour centres d’appels et autres investissements de ce type destinés à assurer le bon fonctionnement de votre entreprise)
  • Marketing : développement de sites web, référencement, publicité payante, présence sur les médias sociaux, habillage et marquage des taxis, etc.
  • Espace de bureau : vous pouvez peut-être gérer votre entreprise depuis votre domicile. Pour cela, il faut obtenir l’autorisation des autorités locales ou de votre propriétaire. La location de bureaux dans une zone très fréquentée, où les clients peuvent entrer pour prendre un rendez-vous, entraînerait des coûts supplémentaires pour les services publics, les services Internet, le téléphone, le personnel, le mobilier et le matériel de bureau, etc.
  • Équipement périphérique : il peut s’agir d’un lecteur de carte bancaire pour permettre à vos clients de vous payer par carte. C’est la tendance qui monte en ce moment. Il y a aussi le taximètre, qui affiche le prix de la course, la distance parcourue et le prix total de la course. Vous aurez besoin, entre autres, d’une navigation par satellite et éventuellement d’une dashcam pour les assurances. Ajoutez le panneau “Taxi” sur le toit de votre véhicule pour communiquer quand vous êtes disponible.
  • Votre véhicule – l’outil principal de votre entreprise. Il doit être en bon état par tous les moyens et à tout moment. Évitez les voitures qui fonctionnent au diesel – le gouvernement a décidé de les éliminer d’ici un certain temps.
  •  Assurances.

Personnel

Votre personnel comprendra les conducteurs que vous déciderez d’employer, ainsi que les contrôles nécessaires associés – permis, examens médicaux, etc. Si vous prévoyez d’avoir un centre d’appels pour permettre à vos clients de réserver vos services, vous aurez également besoin de personnel. Ceci est particulièrement pertinent pour un VTC, où les appels sont essentiels à l’activité.

Devenir chauffeur de taxi

Les conditions préalables peuvent être résumées comme  : papiers personnels, examen et licence de taxi.

Le forfait relatif aux documents personnels concerne les chauffeurs de taxi et de VTC. Il comprend :

  • un permis de conduire de catégorie B en cours de validité, délivré au moins 3 ans auparavant ;
  • la preuve d’un casier judiciaire vierge ;
  • déclaration d’éligibilité médicale
  • Certificat de premiers secours, délivré au maximum 2 ans avant la demande.

Chacun a ses particularités. Par exemple, la visite médicale ne peut être effectuée que par un médecin agréé, figurant sur une liste publiée sur le site web de votre préfecture.

Formation des chauffeurs de taxi

Les examens théorique et pratique sont appelés ensemble Certificat de capacité professionnelle de conducteur de taxi (CCPCT). La théorie porte sur les caractéristiques géographiques, culturelles et touristiques du territoire, la connaissance de la réglementation des taxis et des règles de sécurité routière, ainsi que la maîtrise du français et de l’anglais.

Sa réussite vous envoie à un parcours de 20 minutes pour tester en pratique à la fois vos connaissances théoriques et votre capacité à accueillir et à facturer vos clients.

Bien que vous puissiez réussir vos examens par vos seuls efforts, il peut être utile de suivre une formation. Il existe de nombreuses possibilités.

Obtention de la licence de taxi

Vous avez trois possibilités pour obtenir votre licence de taxi ou ADS (Autorisation de stationnement) :

  • Votre mairie les délivre gratuitement et les renouvelle chaque année. Pourtant, leur procédure peut prendre des années.
  • Vous pouvez l’acheter à un autre taxi, sauf s’il l’a obtenu gratuitement après le 1er octobre 2014. Selon le vendeur, le prix peut varier entre 30 000 et 300 000 euros. Et vous pouvez le revendre à votre tour, seulement après au moins 5 ans d’utilisation.
  • Vous pouvez louer un taxi avec la licence. Le coût varie selon la société de location et la ville. Un bon côté est que l’entretien et l’assurance des véhicules sont à la charge du loueur. Ce permis doit être réémis 3 mois avant l’expiration de sa validité de 5 ans.

Il est important de garder à l’esprit que toutes les mesures ci-dessus impliquent des frais, dont certains sont considérables.

Étapes pour l’obtention d’un statut de VTC

Les conditions pour devenir VTC ne sont qu’en petite partie les mêmes que pour un taxi. En résumé, les étapes pour ce type d’entreprise sont les suivantes :

  • passer un examen ;
  • obtenir une carte professionnelle ;
  • s’inscrire au registre des VTC.

L’examen de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat (CMA) est composé de plusieurs modules : réglementation des transports, règles de sécurité routière, gestion d’entreprise, maîtrise du français et de l’anglais, développement commercial, réglementation nationale des VTC. Vous disposerez de 3,5 heures pour répondre à des questions à choix multiples et à des questions ouvertes.

Là encore, vous pouvez vous préparer par vous-même, mais des formations utiles sont proposées par différents centres.

Obtention de la carte VTC

Le package pour obtenir la carte professionnelle VTC est le même que pour les chauffeurs de taxi. Nous l’avons détaillé dans la section précédente, donc un bref rappel ici : permis de conduire de catégorie B, casier judiciaire vierge, déclaration d’aptitude médicale et certificat de secourisme. Avec ces documents en main, vous pouvez adresser une demande écrite à la préfecture de votre région. L’administration vous délivre votre carte professionnelle VTC jusqu’à 3 mois plus tard.

Traiter avec le registre des VTC

Avant de pouvoir vous inscrire au registre des VTC, vous devez d’abord enregistrer votre entreprise – soit une société unipersonnelle (SASU) ou l’auto-entrepreneur . Si l’auto-entrepreneur peut sembler séduisant au départ, dès que votre activité se développe, il devient inapproprié, en raison des limitations de chiffre d’affaires. Le statut de société, en revanche, permet de déduire les dépenses liées à l’exploitation comme l’essence, la location de voiture et la sécurité sociale. De plus, le passage ultérieur à la SASU annule la licence VTC obtenue par un chauffeur auto entrepreneur. Ces éléments, parmi d’autres, font que la plupart des chauffeurs VTC choisissent la SASU.

Vous en êtes déjà à l’enregistrement de votre société de VTC auprès du tribunal de commerce. Vous devez fournir une copie de votre carte professionnelle de VTC et spécifier clairement l’objet de votre entreprise – quelque chose comme “l’exploitation d’un véhicule de transport avec chauffeurs”.

Une fois votre entreprise enregistrée, vous demandez votre licence de VTC au registre des VTC. Vous pouvez le faire en ligne, sur le site du ministère des transports.

Préparez les documents suivants : attestation d’assurance responsabilité civile professionnelle, copie du justificatif d’immatriculation de l’entreprise, copie du certificat d’immatriculation de chaque véhicule, copie recto-verso de la carte professionnelle VTC du conducteur, preuve de la capacité financière. La licence est délivrée dans un délai d’un mois, avec une validité de 5 ans. Avec elle, vous recevrez un autocollant-conducteur VTC à apposer sur les vitres avant et arrière de chaque véhicule immatriculé.

Tarifs des taxis

Le prix d’un taxi est le montant que coûte une course par kilomètre. Mais les choses ne sont pas aussi simples. Le prix d’une course de taxi peut comprendre un prix de départ, un prix pour le retour du taxi, après avoir déposé le client à la destination souhaitée. Outre le fait qu’ils varient d’un pays à l’autre, les tarifs des taxis sont souvent différents dans les différentes régions d’un même pays. Et ils peuvent dépendre de divers autres facteurs.

Les tarifs appliqués par les chauffeurs de taxi sont réglementés et varient selon les départements et les préfectures. Ils ne sont pas fixes, mais sont actualisés chaque année suivante. En 2022, les tarifs sont environ 3,5 % plus élevés qu’en 2021. Les prix varient également selon la zone, la période jour-nuit et les conditions de circulation.

Il incombe au chauffeur de placer un panneau Taxi sur le toit de son véhicule et de contrôler son éclairage pour indiquer s’il est occupé ou disponible. Un taximètre doit être installé à l’intérieur de la voiture et être visible par le client pendant toute la durée de la course. Il indique le tarif applicable, la distance parcourue et le prix de la course. Dès qu’un taxi est occupé et que la voiture démarre, le panneau Taxi sur le toit passe du vert au rouge et le compteur se met en marche. Il s’arrête lorsque le véhicule s’arrête, en raison d’un embouteillage ou de la descente du client. À la fin de la course, le compteur affiche le montant total que le chauffeur doit accepter de son client pour le service rendu.

Vous avez peut-être vu les lettres A, B, C et D juste à côté de la valeur du tarif sur l’écran du taximètre. Voici ce qu’elles signifient partout en dehors de Paris :

  • R : Voyage d’une journée, y compris un aller-retour
  • B : Voyage de nuit, de dimanche ou de jour férié, y compris les frais de retour.
  • C : Voyage d’une journée, sans frais de retour
  • D : Voyage de nuit, de dimanche ou de jour férié, sans frais de retour.

Dans la capitale, A est applicable de 10h à 17h les jours ouvrables, B est pour 10h à 17h les jours ouvrables, ainsi que de 07h à 00h les dimanches et jours fériés, C – entre 00h et 07h les dimanches. D n’existe pas à Paris

Il est important de noter que, quel que soit le taux affiché par le compteur, le montant minimum fixe pour un seul voyage en 2022 est de 7,30 €.

La réservation d’un taxi peut s’avérer coûteuse. Ces tarifs sont fixés en 2022 – la réservation immédiate à 4,00 €, tandis qu’une réservation anticipée à 7,00 €. Dans ce cas, dès que le chauffeur accepte la demande, il met le compteur en marche. Ainsi, lorsque le taxi est au lieu de la commande, le compteur affiche déjà plusieurs euros, indépendamment du fait que le client vient juste de monter dans la voiture.

Les autres services de taxi sont également réglementés. Les frais de prise en charge, le tarif au kilomètre et les frais d’attente horaire et de ralentissement sont plafonnés. Les tarifs sont applicables pour le transport de plus d’un bagage et de plus d’un certain nombre d’adultes.

Tarifs VTC

Contrairement aux tarifs des taxis, les sociétés de VTC ne sont pas liées par des pratiques commerciales restrictives. Elles peuvent définir leur propre liste de prix. Comme nous l’avons déjà décrit, le prix d’une course est convenu à l’avance entre la société et son client. Si vous choisissez le VTC comme activité, il serait bon de vérifier toutes les sociétés de VTC actuellement en activité et leurs listes de prix.

Assurance – Taxi ou VTC

Le fait de devoir souscrire une assurance en plus de toutes les autres formalités payantes peut être considéré comme une nuisance. Pourtant, une assurance vise à garantir son titulaire contre des événements imprévisibles, ce qui peut être bien plus pénible, sans parler de la charge financière.

Le chauffeur de taxi doit avoir une assurance responsabilité civile professionnelle pour couvrir les dommages matériels et corporels. Il peut choisir une assurance complémentaire pour garantir une indemnisation en cas d’accident, qui entrave sa capacité à travailler.

Le chauffeur de VTC doit disposer d’une assurance responsabilité civile circulation et exploitation pour couvrir les dommages matériels et physiques en cas de sinistre. Il existe également des possibilités d’assurance pour les soucis non liés au véhicule, comme la perte de bagages ou un accident au moment de la dépose.

Être payé

L’argent est ce qui permet à une entreprise de fonctionner – les entreprises ont besoin d’être payées pour pouvoir se maintenir et se développer. Lorsque les paiements se faisaient principalement en espèces, les passagers avaient l’habitude de demander au chauffeur de s’arrêter à un distributeur automatique de billets situé à proximité pour retirer de l’argent. Aujourd’hui, cependant, les terminaux de paiements font leur apparition dans le secteur des taxis et offrent la possibilité de payer par carte sans descendre du taxi. Les lecteurs de cartes bancaires sont bien accueillis par les chauffeurs de taxis et leurs clients. C’est peut-être la raison pour laquelle tous les taxis sont désormais tenus d’installer un lecteur de carte bancaire – bon à savoir si vous débutez dans le métier.

Vous vous demandez peut-être si un chauffeur de taxi a le droit de refuser un paiement par carte bancaire. La courte réponse est non. Par un article de loi du Code des transports ajouté fin 2016, les taxis doivent accepter le paiement par carte bancaire, quel que soit le prix total de la course. Il y a deux raisons à cela : un meilleur service aux clients et la prévention de l’évasion fiscale. Toutes les grandes compagnies de taxis acceptent les paiements par carte depuis des années. Il peut y avoir des frais de transaction liés à l’utilisation du terminal de paiement, mais de nombreux chauffeurs individuels bien équipés affirment qu’ils obtiennent plus de clients en offrant cette commodité. De nos jours, la plupart des clients recherchent des moyens de paiement sans espèces, même lorsqu’ils montent dans un taxi.

Quelle structure juridique choisir pour votre entreprise de taxi ?

L’activité de taxi en auto-entreprise

Avec sa flexibilité et sa facilité de mise en œuvre, l’auto-entreprise est un statut juridique idéal pour démarrer une activité de taxi. Cependant, pour en tirer tous les avantages, il faut être conscient de certains éléments.

Avantages de l’auto-entreprise pour devenir taxi

Il ne fait aucun doute que le fait de n’avoir qu’à remplir le formulaire M0 et à y joindre une copie de votre pièce d’identité simplifie au maximum le processus pour devenir auto-entrepreneur. Ensuite, vous n’êtes obligé que de tenir un registre chronologique des services fournis et des prix perçus. De même, vous n’aurez pas à remplir de déclaration de TVA sous le régime de l’auto-entreprise.
Enfin, les cotisations sociales sont calculées en fonction du chiffre d’affaires et sont déclarées et payées en ligne. L’auto-entrepreneur peut également utiliser le système du prélèvement automatique, qui lui permet de payer l’impôt sur le revenu (IR) et les cotisations sociales sur une base mensuelle ou trimestrielle.

Les inconvénients du régime de l’auto-entrepreneur taxi

Bien sûr, le statut d’auto-entrepreneur présente quelques inconvénients et le premier est que vos recettes annuelles seront plafonnées à 70 000 € et que votre activité basculera automatiquement vers le régime de l’entreprise individuelle si votre chiffre d’affaires est supérieur.

De plus, les charges ne sont pas déductibles et les frais liés à votre activité (comme l’achat d’une voiture, d’une moto, l’essence, les réparations, etc.) ne peuvent pas être déduits de votre chiffre d’affaires, mais vous bénéficierez d’une déduction forfaitaire de 34 %.

Au moins en France, vous pouvez choisir parmi une variété d’entreprises individuelles, telles que l’EURL et la SASU, si vous voulez travailler pour vous-même. Pour les nouveaux conducteurs, la SASU reste l’option la plus populaire. 

Dans la SASU comme dans l’EURL, la responsabilité de l’entrepreneur est limitée au montant que le conducteur a apporté au capital social. De plus, le président de la SASU est soumis au régime des assimilés-salariés, a le choix entre l’impôt sur les sociétés (IS) et l’impôt sur le revenu (IR), et le chiffre d’affaires (CA) est illimité.

L’EURL offre la rémunération nette la plus favorable, puisque ses dirigeants relèvent du régime de la Sécurité sociale des travailleurs indépendants.

Attirer davantage de clients

Pour obtenir plus de travail en taxi, vous pouvez investir dans des efforts de marketing. En dehors de ce que nous avons déjà mentionné, vous pouvez laisser vos cartes de visite dans les clubs, les restaurants et autres établissements qui exigent que leurs clients prennent un taxi. Distribuer des prospectus dans des endroits très fréquentés et où les services de taxi sont très demandés peut également être une bonne idée. N’oubliez pas que vous n’avez pas nécessairement besoin d’être dans les quartiers les plus fréquentés de la ville. Comme nous l’avons mentionné plus haut, vous pouvez vous installer dans des zones mal desservies afin d’obtenir un revenu régulier de clients qui, autrement, n’auraient pas le choix. Cela vous épargnera également quelques efforts pour suivre et devancer la concurrence.

Conclusion

Lorsque vous vous lancez dans l’aventure de chauffeur de taxi – qu’il s’agisse d’un taxi traditionnel ou d’un VTC – vous devez être conscient de certains aspects techniques inévitables. Vous devrez obtenir les licences nécessaires et le véhicule approprié. Que vous optiez pour l’exploitation d’une flotte avec un ensemble de chauffeurs travaillant pour vous ou que vous envisagiez de travailler en solo, vous devrez également penser à commencer par un plan d’affaires efficace, qui tienne compte du créneau que vous desservez. Vos efforts marketing seront payants, tout comme la construction de votre marque, la projection de votre chiffre d’affaires et de vos bénéfices. Tout cela vous aidera à présenter un argumentaire solide aux investisseurs potentiels. Le travail initial peut sembler lourd, mais tout cela vous apportera des résultats à terme. Cela vous permettra d’être votre propre patron, d’apporter une valeur ajoutée au marché, de créer des emplois, de faire des affaires et de réaliser des bénéfices. Bonne chance !

Partager cette publication:

Publications associées

Contactez-nous
Cookie

Sélectionnez vos préférences en matière de cookies

2-3